La Grande Odyssée Savoie Mont-Blanc : une étape extraordinaire à Megève !

 

Mercredi 17 janvier, s’est tenue à Megève, la 5e étape de La Grande Odyssée Savoie Mont-Blanc. Le départ, pour la première fois dans le centre du village, sous les flocons, a été magique. Dans le cadre unique de la Cote 2000, le musher local Rémy Coste s’est imposé.

SimonGarnier_170118_042
SimonGarnier_170118_095

Près de 2500 personnes se sont pressées dans les rues de Megève à l’occasion de La Grande Odyssée Savoie Mont-Blanc. Pour la 5e étape de la 14e édition de cette course de chiens de traîneaux réputée comme la plus difficile au monde, les meilleurs mushers avaient rendez-vous dans le centre du village de Megève, mercredi 17 janvier. Les équipes de La Grande Odyssée et de la Commune de Megève avaient œuvré depuis le début de la journée pour préparer le parcours. Le départ a été donné à 14h, dans une ambiance Grand Nord !


Alors que les flocons tombaient de manière soutenue, les chiens aboyaient et tiraient sur leur harnais, impatients de commencer la course. Christophe Hasler s’élançait en premier en direction du Calvaire sous une nuée d’applaudissements et d’encouragements. Le local de l’étape, Rémy Coste, ancien boulanger à Megève, était très attendu. Lauréat de La Grande Odyssée en 2016, second en 2017, il nourrit toujours cette année de grandes ambitions.

SimonGarnier_170118_051
SimonGarnier_170118_51
SimonGarnier_170118_106

 

Le Français Rémy Coste, ancien boulanger à Megève, s’impose à la Cote 2000.

SimonGarnier_170118_067

 

 

Les autres concurrents suivaient à intervalles réguliers, toujours sous le regard émerveillé du public. Après le Calvaire, les concurrents prenaient la direction du Lait, du Mont d’Arbois et de la Livraz, avant une arrivée grandiose à la Cote 2000. Le public avait pris place tout au long du parcours pour regarder et encourager les attelages. Alors que la neige continuait toujours de tomber, peu après 16h, Rémy Coste, dans son jardin à Megève, était le premier à franchir la ligne d’arrivée, devant le Tchèque Martin Rehout et le Français Daniel Juillaguet. Le suisse Patrick Wirz s’emparait du Trophée SantéVet, sur un parcours réduit à 14 km entre le centre-ville de Megève et la Cote 2000, devant le Français Armand de Haro.

SimonGarnier_170118_009 SimonGarnier_170118_030 SimonGarnier_170118_083

Catherine Jullien-Brèches, maire de Megève, s’est réjouie de cette étape, dont les 38 km et 1300 m de dénivelé ont été intégralement effectués sur le territoire de sa commune. Les équipages prenaient, le soir même, après tout le protocole vétérinaire, la direction de Pralognan la Vanoise où un parcours de 51 km les attend jeudi 18 janvier.



IMG_9744

Avec les vétérinaires de la Grande Odyssée Savoie Mont-Blanc

Megève accueille La Grande Odyssée Savoie-Mont-Blanc le 17 janvier.


La course de chiens de traîneaux réputée pour être la plus dure au monde revient dans les extraordinaires paysages mégevans avec une équipe rodée, notamment celle des vétérinaires, aux petits soins des chiens pendant toute la durée des épreuves. Découvrez la « Team véto ».

Une musheuse arrive devant la tente vétérinaire avec son chien. Elle est inquiète pour lui. Immédiatement, le vétérinaire et son équipe posent des questions. L’un des professionnels palpe les pattes, le corps. Pour cette fois, pas d’inquiétude, il n’y a pas de blessure, mais la vigilance est de mise.

La Grande Odyssée est dotée d’un staff de quatre vétérinaires, accompagnés de quatre étudiant-vétérinaires, qui suivent chaque étape de la course. « Chacun a sa spécialité, détaille Yannick Klein, vétérinaire à Reignier et responsable de l’équipe des vétérinaires sur la course 2017. Nous avons des gens compétents dans des domaines très différents : de très bons orthopédistes, de très bons ostéo, mais aussi des urgentistes ou des spécialistes de l’imagerie médicale. »IMG_9735

Une véritable petite armée au service des chiens

L’équipe a également un rôle sanitaire, car sur la course, les chiens viennent de plusieurs pays différents. Ainsi, l’identité de l’animal et ses vaccins sont vérifiés. « Avant que la course ne démarre, nous réalisons un examen clinique de tous les chiens, explique le professionnel. Chaque soir, nous passons voir tous les teams. Nous leur rendons également visite le matin, car une blessure peut se réveiller à froid. » Les coussinets des pattes et les liaisons musculaires et tendulaires sont particulièrement scrutés. Les vétérinaires s’assurent également que le chien n’est pas déshydraté, n’a pas de troubles gastroentérologiques liés à l’effort.

Pour faire face à toute blessure, l’équipe a accès à un impressionnant plateau technique comprenant radio, échographe, appareil d’analyses de sang, ainsi qu’un plateau pour réaliser de petites chirurgies. Une miniclinique très appréciée des mushers. La Grande Odyssée est la seule course à bénéficier d’un tel matériel partout où elle se déplace.

IMG_9689IMG_9722IMG_9812

 

Paroles de musher : Jean Combazard, multi-participant à La Grande Odyssée Savoie Mont-Blanc
Alors que la Grande Odyssée Savoie Mont-Blanc fait escale à Megève le 17 janvier, les meilleurs mushers de chiens de traîneaux seront présents dans la station, dont Jean Combazard, participant infatigable de cette course réputée pour être la plus difficile du monde.

C’est en regardant un reportage sur Paul Émile Victor que Jean Combazard a commencé à rêver de grands espaces. « Et à la maison, j’ai toujours eu un chien », confie le musher, originaire de Seine-et-Marne, qui participe, cette année encore à La Grande Odyssée Savoie Mont-Blanc.

En 1992, alors qu’il est vacances en Corrèze, il rencontre un éleveur qui vient d’avoir une portée de huskies. Voilà que Hivere rejoint la famille. Jean fait connaissance avec des gens qui attelaient leur chien pour des balades en forêt à vélo. Il fait sa première course en 1993. Un 2e chien rejoint l’équipage, puis quatre, six et bientôt, Jean possède son propre élevage.

IMG_9795

IMG_9759

En 1994, il se lance dans la course de chiens de traîneau. En 1999, il devient, avec son attelage de six chiens, champions d’Europe de moyenne distance. Sur les conseils de Philippe Travadon, le mari de la célèbre musheuse mègevanne Isabelle Travadon, il change sa façon de s’entraîner. « À partir de là, j’ai enchaîné les titres », dont celui de Champion d’Europe en 2005. En 2008, il est finisher de La Grande Odyssée. « Je les ai toutes faites depuis, sauf celle de 2009. C’est une vraie passion », analyse celui qui, à la ville, est conseiller culinaire dans un grand groupe de restauration collective.

C’est en effet sur son temps libre qu’il participe aux courses, enchaînant les places d’honneur, avec l’appui inconditionnel et logistique de son épouse Jocelyne. En 2017, Jean avec Jazzy, Jedaï, Éclipse, Evrest ou encore Fjord a réalisé de superbes performances, trustant les titres de champion du monde de sprint, champion d’Europe de moyenne distance et champion de France de moyenne distance. Il a également terminé premier au classement nordique (chien de race) de la Grande Odyssée 2017 et 5e au classement général. Un palmarès qui devrait encore s’étoffer lors de cette édition 2018 !